La réserve naturelle de l'étang de Cousseau Retour ? la page d´accueil

Un voyage à travers l'espace et le temps.

Cousseau "Un environnement très exceptionnel..."

Bien sûr il y a l'étang, que tous attendent de voir ou revoir, et sur lequel le ciel projette selon son humeur ces extraordinaires teintes de bleu, de vert ou de gris, que tout peintre rêverait un jour d'apprivoiser. Bien sûr il y a toujours l'espoir d'entrevoir ne serait-ce qu'un instant le museau d'une loutre ou la carapace d'une tortue Cistude émergeant des flots.


Cousseau

Mais si la découverte de l'étang reste l'objectif bien légitime de toute promenade, le site de Cousseau ne saurait être réduit à cet unique joyau. Car pour qui sait regarder et apprécier, la nature alentour recèle bien d'autres merveilles. A commencer par la forêt, aux essences si diverses, et si riche d'enseignement, ou encore les dunes, qui au delà du simple relief donné au paysage constituent en réalité de véritables livres d'histoire. Car au fond, derrière tous ces somptueux décors, c'est peut-être aussi cela qu'offre la visite de l'étang de Cousseau : un fabuleux voyage à travers l'espace et le temps.


-- Un voyage à travers l'espace --
Cousseau

Contrairement aux lacs de Lacanau, d'Hourtin, ou de Cazaux, qui sont d'un accès aisé, et près desquels règne souvent l'agitation de notre civilisation moderne, l'étang de Cousseau fait figure d'un sanctuaire isolé dont la découverte nécessite quelques efforts. Ce recours imposé au vélo ou à la marche à pied, par ailleurs seule autorisée sur une grande partie du site, permet sans doute mieux que tout autre moyen de locomotion de ressentir les distances et de percevoir la diversité des milieux naturels qui s'égrènent le long du parcours.

Cousseau

Ainsi, à mesure que le chemin se déroule, le promeneur doit tout d'abord se faufiler dans de riches sous-bois tapissés de mousse, et dominés par le pin, le chêne vert, l'arbousier, la fougère aigle et le houx. Puis la route s'éclaire, les dunes boisées s'étalent jusqu'au lointain, et se sont les ajoncs, les genêts ou la bruyère sauvage qui accompagnent longuement le visiteur. Mais soudain, en l'espace de quelques pas, le décor se transforme à nouveau, annonçant la présence toute proche de l'eau. Les bouleaux et les saules dominent à présent entièrement le sentier escarpé qui descend jusqu'aux rives de l'étang où, à cet endroit seulement, ils céderont la place à l'osmonde royale et aux roseaux. Enfin, l'étang lui-même se découvre, parfois tapissé de nénuphars jaunes ou blancs, et les marais de Talaris dessinent un arrière plan inaccessible qui s'étend vers l'horizon.

Cousseau Cousseau Cousseau

Après s'être attardé sur la terrasse panoramique qui domine l'étang, puis avoir longé une partie de sa rive Ouest, le visiteur devra finalement se résoudre à quitter les lieux, non sans avoir certainement savouré quelques longues minutes de repos dans cette large clairière ornée de magnifiques chênes verts.

Le parcours fut long, et les paysages variés, conduisant doucement le promeneur à prendre conscience de l'espace qui l'entoure. Mais à cet instant, peut-être, certains réaliseront alors qu'ils ont également traversé le temps.


-- Un voyage à travers le temps --

Si le chemin parcouru à l'aller a pu aiguiser l'esprit de découverte et d'observation du visiteur, celui du retour peut lui procurer le temps de la réflexion.

Car comment ne pas s'interroger sur la présence d'une aussi grande étendue d'eau douce en ce lieu si reculé. N'existerait-il pas un lien entre l'étang de Cousseau et les lacs d'Hourtin, de Lacanau et de Cazaux, dont il ne serait alors que le petit frère discret ? Et que penser de cette forêt, dont l'agencement parfois si bien ordonné laisse deviner que la nature n'en a pas été l'unique architecte ? Ou encore de ces dunes, dont l'emplacement si loin à l'Est des plages peut laisser songeur celui qui se demande comment de telles quantités de sable ont pu être transportées à cet endroit.

Les réponses à toutes ces questions sont aujourd'hui connues. Elles plongent leurs racines au coeur des 20 000 ans de l'histoire géologique et humaine qui a façonné l'ensemble du littoral girondin, et dont les grandes étapes ont déjà été décrites (voir notamment les rubriques "naissance des lacs" (à venir) et "les dunes", ainsi que celle intitulée "paysages d'autrefois" (à venir), dans les pages consacrées à la présentation de la côte océane).

Ainsi, chemin faisant, du simple plan d'eau niché au milieu de la forêt que certains recherchaient au départ, restera peut-être le souvenir d'avoir en réalité traversé une sorte de musée à ciel ouvert, dont la beauté invite à mieux connaître le passé, au travers de son histoire, mais aussi le présent, par une observation accrue de la nature qui l'entoure, et enfin à en assurer l'avenir, grâce à une attention de tous les instants.

Th.P
-- Conseils et recommandations --

Compte tenu de la distance à parcourir, près de 7 km A/R, et de la configuration des lieux, nous conseillons bien sûr de ne pas oublier de se munir d'une bouteille d'eau ainsi que d'une paire de jumelles.
D'autre part, pour tous ceux qui souhaiteraient s'attarder aux abords de l'étang, nous recommandons également l'utilisation d'un produit anti-moustiques, ces derniers y étant souvent nombreux et particulièrement virulents à certaines époques de l'année.
Enfin, nous invitons spécialement les visiteurs à préserver en toutes circonstances l'intégrité et la propreté du site, et à faire preuve de discrétion pour le confort de tous.


-- Bibliographie --

Afin d'apprécier au mieux votre visite, nous ne pouvons que conseiller la lecture de l'ouvrage très complet réalisé par Jean-Yves Rossignol et édité par le Conseil général de la Gironde intitulé "L'étang de Cousseau", vendu au profit des espaces naturels sensibles en Gironde (45 Frs).



D'autres informations sur la réserve naturelle de l'étang de Cousseau (accès, visites guidées...) sont disponibles à la rubrique "tourisme" dans les pages consacrées à la ville de Lacanau, secteur de Lacanau-Médoc.




© www.Littoral33.com - Tous droits réservés en   fr    de